samedi 29 octobre 2011

Nha Trang et Mui Né

Plus ça va et moins nous aimons les trajets de nuit, surtout en bus. C'est donc un peu vaseux que nous arrivons aux abords de Nha Trang, il est 5h30 et la station balnéaire s'éveille sous les premiers rayons de soleil.


A peine sortis du bus nous nous posons sur la plage en observant les locaux dans leurs activités matinales. La plupart profitent de la plage à cette heure-ci car la chaleur (déjà bien présente) reste agréable, ils se baignent (toutes habillées pour les femmes), font de la gym ou prennent le petit déj' en groupe puis repartent en vélo ou scooter. 




Après cette délectation visuelle nous nous mettons en quête d'un hôtel pour la nuit, pour une fois le bus ne nous a pas déposé à l'autre bout de la ville mais à deux pas du quartier dit "routard" et des hôtels à petit budget. Une fois installés on se dit que ça serait sympa d'aller se poser sur la plage pour une journée farniente (oui, c'est pas tous les jours qu'on se dit ça). Sauf qu'il fait vraiment très chaud, qu'il n'y a aucun coin d'ombre (gratuit) et que nous avons oublié les paréos à l'hôtel... Finalement nous changeons de programme et décidons de nous rendre au temple Ponagar, un temple Cham situé à 2km.






Sur le retour nous faisons une pause resto, l'occasion de constater que Nha Trang a vraiment des airs de côte d'Azur. Contrairement à ce que nous avons vu dans le reste du pays ici les gens semblent plutôt aisés et affichent leur richesse (bijoux bling bling, grosses lunettes de soleil, vêtements de marque, etc.), nous découvrons encore un autre visage du Vietnam.

Petite halte digestive sur la plage où un petit papy en vélo s'arrête pour nous faire la conversation dans un parfait français. Après quelques minutes le rideau tombe et il nous sort tous ses bouquins à vendre. Lorsqu'il comprend que nous n'achèterons rien il part, agacé, et nous aussi. Un constat que nous avons fait au Vietnam c'est que presque tous les contacts établis avec des locaux se révèlent être un moyen de nous vendre quelque chose (des dessins, des livres, des souvenirs ou des réservations du bus ou autre), la notion d'argent est omniprésente et plus qu'ailleurs nous trouvons qu'elle fausse complètement les contacts.

Nous finissons la soirée à l'hôtel avec pour repas les fameux sandwichs vietnamiens, banh mi (pain en vietnamien). 



Le dimanche 9 octobre nous prenons l'open bus à 8h pour Mui Né, un autre village balnéaire à 4h30 de route vers le sud. Nous arrivons en début d'après-midi et partons aussi tôt en vélo, explorer les fameuses dunes de sable rouge de la région. Le coeur du village de Mui Né se situe près du port, sauf que les hôtels eux sont étalés le long de la plage qui s'étend sur plus de 20 km. Après une bonne dizaine de kilomètres, sans plan et n'arrivant pas à obtenir d'infos fiables nous faisons une pause sur une dune sauvage qui ressemble plus à un dépôt d'usine (petit sentiment de loose à ce moment précis) mais nous avons tout de même une belle vue sur le port.



Le ciel s'assombrit, nous rebroussons chemin mais n'échappons pas à l'averse du jour, bien déçus d'avoir loupé les dunes, seule raison de notre venue.

Le réveil est un peu difficile, la nuit a été mouvementée dans l'estomac de Raksa... Nous devions partir le jour même pour Ho Chi Minh mais l'agence nous échange sans problème nos billets de bus pour le lendemain midi, du coup au programme repos et mise à jour du blog ;)

Après 24h de repos l'estomac se porte mieux, nous décidons de retenter notre chance avec les dunes de sable avant de prendre le bus, bien trop frustrés de partir sans les voir. Après une agréable balade en vélo nous trouvons enfin la bonne route...




Nous reprenons assez rapidement la route de l'hotel en passant par le port, sous un soleil de plomb...





... le retour est difficile, juste le temps de se rafraîchir et nous sautons dans le bus pour Ho Chi Minh Ville.

jeudi 27 octobre 2011

Hue et Hoi An

Nous arrivons à Hue le dimanche 2 octobre à 9h30 après notre premier train de nuit Vietnamien. Toujours du hard sleeper mais plus propre qu'en Chine et en compartiment fermé donc plus de calme. Nous rejoignons le centre ville à pieds, sous le soleil, mais pas pour longtemps, à peine installés à l'hôtel la pluie s'invite encore, nous en profitons pour nous reposer.

Le lendemain la pluie tombe toujours, même si nous apprécions de retrouver la télé française (TV5 Monde, yiaaah!!) on dirait qu'il va falloir faire avec si nous voulons visiter l'ancienne capitale impériale du pays. Nous sortons donc les kways et partons visiter la Cité Impériale.




Malgré quelques belles bâtisses nous sommes un peu déçus par l'aspect mal conservé que l'on observe par endroit, certainement accentué par la grisaille.

Nous flânons dans quelques rues et avons le plaisir de déguster quelques pâtisseries françaises dans LA boulangerie française de la ville.

Il faut croire que notre motivation est plus forte que la pluie omniprésente, nous décidons de visiter quelques uns des tombeaux impériaux situés aux alentours de la ville en vélo en commençant par le tombeau de Tu Duc.





Finalement après la visite nous décidons de rentrer à l'hôtel, déjà bien trempés.



Mercredi 5 octobre nous prenons un bus pour Hoi An dont la vieille ville est inscrite au patrimoine de l'Unesco (oui en ce moment on aime bien l'Unesco). Nous traversons une bonne partie de la ville pour trouver un hôtel et notre première impression sur la ville est plutôt bonne. Petites rues colorées, quelques touristes, des plats locaux à goûter et surtout le soleil!







Le pont/pagode Japonais

















Histoire d'entretenir nos cuisses nous louons à nouveau des vélos pour nous rendre à la montagne de marbre et visitons les grottes/temples accompagnés par le bruit des gouttes d'eau qui ruissellent et résonnent.




Sur la route du retour nous faisons une halte à la plage et observons les pêcheurs.





Le dernier jour nous traînons dans la vieille ville et longeons la rivière avant de recroiser Pascale et Ptit Jean, rencontré à Ninh Binh, qui nous prêtent leurs vélos, l'occasion d'une dernière balade qui se finira sur la plage à défaut de trouver le tombeau Japonais...

Repas au Bale Well
Nous avons vraiment apprécié la ville et nous sommes régalés des quelques spécialités dont le cao lau (nouilles blanches au porc et aux herbes), les "roses blanches" (petits raviolis vapeurs à la crevettes saupoudrés d'ail frit) et surtout le plat unique servi au Bale Well qui n'a pas vraiment de nom mais est constitué de banh xeo (omelette de soja, crevettes et porc) et de nem nuong (brochettes de porc grillé), un dé-li-ce!

En fin de journée nous buvons une dernière bière avec Pascale et Ptit Jean (enfin pour aujourd'hui), achetons des sandwichs vietnamiens (oui, comme le Gourmet de chez Tang Frères) et prenons notre bus couchette pour Nha Trang.

vendredi 14 octobre 2011

Hanoï et Ninh Binh... sans la baie d'Halong

Notre 1ère étape au Vietnam c'est Hanoï. Mais avant ça il a fallu quitter la Chine et passer la frontière.

Nous avions pris un train de nuit Guilin-Nanning en espérant chopper un bus direct pour Hanoï (ce qui nous facilitait la tâche côté transports avant et après le passage de la frontière) sans savoir exactement où le prendre ni quand il partait. Arrivés à la gare de Nanning nous glânons quelques infos en anglais (dur) et finissons par obtenir l'info qu'il nous faut. Le bus N°6 en face de la gare. On ne sait pas trop où descendre, on monte, on essaie de se frayer un chemin avec nos sacs dans le bus bondé et on attend. Finalement c'est au terminus qu'il faut descendre, c'est également le terminal de bus d'où partent les bus pour Hanoï, pour le nom rien de sûr, peut être Dongdan... Quoi qu'il en soit nous arrivons au guichet, nous demandons Hanoï. Gagné. Départ à 8h30. 148 yuans (15€) Il est 8h20. Parfait timing! Tout est prévu pour le passage des postes frontières. Le bus Chinois s'arrête à la frontière, des navettes nous conduisent aux postes frontières puis jusqu'au bus Vietnamien qui nous conduit jusqu'à Hanoï. Pas de prises de tête avec les transports, ça roule tout seul.

Nous arrivons à Hanoï vers 17h et gagnons 1h au passage. Le bus nous dépose on ne sait trop où dans la ville alors on prend un taxi (le luxe, la faiblesse et surtout le résultat de la fatigue) jusqu'au centre puis on s'installe à l'hotel, on est crevés.

Hanoï n'est pas une si grande ville (pour une capitale) et même si l'architecture est pleine de charme et très marquée par l'occupation française nous ne sommes pas vraiment sous le charme. Peut être la fatigue du voyage. Nous nous promenons quand même un peu partout avant que la pluie ne s'en mêle.

Mausolée d'Ho Chi Minh




Street coiffeur

Street café



Le lendemain nous apprenons qu'un typhon vient de frapper les Philippines et se dirige maintenant vers le nord du Vietnam, par conséquent les bateaux ont interdiction de naviguer sur la baie d'Halong. Nous ne savons pas trop quoi faire sur le coup mais on se voit mal rester à Hanoï indéfiniment. Nous décidons de partir pour Ninh Binh, à 2h30 de route au sud de Hanoï visiter le site de Trang An, surnommé la "baie d'Halong terrestre".

La pluie nous laissera tranquille le temps de la balade en barque afin de profiter des paysages et des eaux cristallines.






Nous reprenons le train le soir même pour Hue, un peu frustrés de ne pouvoir se rendre à la baie d'Halong.


INFOS PRATIQUES :


- Bus Hanoï/Ninh Binh à prendre à la gare du sud (s'y rendre en taxi ou bus), environ 60000 dong (2€) mais en passant par une agence du centre ville ça peut être intéressant niveau prix et moins galère
- Prix Trang An : 80000 dong pour la balade en barque de 3h
- Trajet Ninh Binh-Trang An à faire soit en taxi (12€), motorbike (5,50€) ou vélo (1€), environ 12 km aller



mercredi 12 octobre 2011

Bilan Chine et vidéo BEST OF

Périodes du séjour : du 25 au 27 août 2011 (Hong Kong 1 jour et demi)
                               du 7 au 28 septembre 2011 (21 jours)


Nous vous avions fait part de nos premières impressions sur la Chine dans notre Petite introduction Chinoise, qu'en est-il après 3 semaines?

Et bien disons qu'une fois le décontenencement atténué par les quelques rencontres et bonnes surprises, sans dire pour autant que nous avons réussi à "cerner" la culture du pays, nous pouvons dire que nous nous y sommes adaptés et parfois même nous lui avons trouvé des bons côtés. Oui carrément!
Nous maintenons les conclusions de notre introduction, les Chinois ne sont pas si rudes qu'ils en ont l'air. Un peu difficile à expliquer mais nous dirions qu'il suffit d'appréhender quelques codes comportementaux pour finir par "se sentir à l'aise". 

Au bout de quelques jours nous n'étions plus surpris par les cris en guise de conversation mais plutôt par le calme de certains lieux. Les bousculades et divers jeux de coudes ne nous contrariaient plus puisque nous en faisions autant (instint de survie oblige). Nous essayions de ne plus se sentir oppréssés dans la masse touristique en s'isolant un peu, les touristes Chinois qui voyagent principalement en groupe sortent rarement des sentiers battus.

Finalement même si la langue est un barrage certain dans les échanges touristiques nous avons trouvé que tout est assez bien rôdé pour se déplacer, parfois un peu trop, nous nous sommes un peu sentis privés d'aventures... (hahaha)

Nous pensions également que les commerçants Chinois allaient être aussi "filous" que dans les autres pays d'Asie (on pense à la Thaïlande) et bien pas du tout! Cette fois peut être que le barrage de la langue est un plus. Certains commerçants parlent quand même un peu anglais et là le prix annoncé est forcément à négocier (genre 3 ou 4 fois moins cher). Pour le reste les prix sont presque toujours indiqués donc peu de soucis.

Quoi qu'il en soit, nous avons quitté le pays dans un esprit positif et dans la hâte de vister d'autres contrées plus retirées, le Tibet nous fait saliver...


Nous avons trouvé les transports assez simples à utiliser dans l'ensemble. Le métro à Pékin (2 yuans soit 0,20€) est très simple mais à l'intérieur c'est parfois la jungle, les parisiens n'ont qu'à bien se tenir! Les bus, un peu moins évident mais on trouve toujours une bonne âme pour nous indiquer quel bus prendre (les policiers ça sert bien à ce moment là) et c'est vraiment bon marché, entre 1 et 2 yuans (0,10€ et 0,20€) selon les bus . Les trains et bus longue distance sont ce que nous avons le plus utilisé pour voyager, l'achat des billets en gare n'est pas si sorcier mais dans le pire des cas mieux vaut se munir du nom de la ville de destination écrit en Chinois (c'est le cas dans la plupart des guides de voyage sûrement). Côté confort et propreté faut pas s'attendre au grand luxe (nous n'avons pas testé les couchettes molles "soft sleepers") même si les couchettes dures (hard sleepers) ne sont pas si dures, on a privilégié les couchettes du milieu. Et côté tarif il est toujours moins cher de voyager un hard seat ou en hard sleeper selon la durée du trajet mais finalement pas toujours donné. Bon à savoir, en général les bus sont plus chers que les trains car souvent plus rapides.

Petite déception pour la nourriture... Nous étions restés sur un souvenir alléchant après Hong Kong mais une fois sur le continent nous avons été un peu déçus. Peut être que nous ne sommes pas tombés sur de bons restos mais dans l'ensemble nous ne gardons pas un souvenir mémorable des plats goûtés, pour les gourmands que nous sommes c'était pas le paradis. Ceci dit, un bon point pour la fondue sétchuanaise goûtée à Chengdu. Et pour faire taire les rumeurs NON on ne trouve pas de nems à tous les coins de rue tout simplement parce que le nem est Vietnamien!

Les activités nous ont coûté un peu plus que ce que nos imaginions. Les sites touristiques ne sont pas donné, encore une fois nous étions bien contents d'avoir notre carte ISIC qui nous a permis de bénéficier du demi-tarif quasiment partout. Le prix de l'entrée à certains sites touristiques (notamment les Grottes de Yungang et monastère suspendu à Datong) sont en décalage total avec le niveau de vie. Comme dans tous les pays vous avez la possibilité de visiter les sites via une agence, donc en groupe, nous ne sommes pas fans de ce genre de "tours" mais nous avons testé à Datong pour gagner du temps, c'était pas sorcier mais l'organisation touristique chinoise c'est souvent très speed et les sessions shopping sont souvent privilégiées aux visites des sites...

L'hébergement n'est pas toujours bon marché mais toujours négociable, si l'anglais coince un peu il y a toujours une calculatrice qui traine derrière le comptoir. Nous avons testé auberges, dortoirs, chambres standards et pour la première fois nous avons dormi séparés dans des dortoirs réservés aux femmes ou aux hommes. Notre budget moyen tournait autour de 12€ la nuit pour deux, à part à Pékin où nous avons trouvé l'hébergement plutôt cher, surtout pour un dortoir. Le hic aussi c'est que la plupart du temps il n'y a pas de petit déj' dans les hotels... et quand il y en a un ben on a pas toujours envie de riz, de nouilles ou de soupes au réveil. 


Ce que nous avons le plus aimé :
- la Grande Muraille
- les grottes de Yungang (Datong)
- les balades en vélo et surtout dans les environs de Yangshuo

Ce que nous avons moins aimé :
- l'architecture urbaine qui donne un air très... soviétique aux villes
- les raclements de gorge et crachats
- lutter contre une bande de loups affamés les gens qui montaient dans le métro à Pékin pour ne pas pouvoir descendre au final, ça nous a fait halluciné mais on en a bien rigolé bizarrement
- les trajets de nuit en hard seats, ... fait mal aux fesses...
- les toilettes publiques

Sinon en chiffres la Chine ça donne ça :
- 11192 yuans soit environ 1274€ (dont 120€ de visas Vietnamien)
- 7 trains... dont 6 de nuit... et dont 2 en hard seats... et en tout environ 72h de trajet...
- 2 bus dont 1 de nuit et 17h de trajet au total
- témoins de milliers de crachats...


Et pour finir la vidéo !

lundi 10 octobre 2011

Kunming, Yangshuo et la rivière Li

Comme prévu nous arrivons à Kunming vers 6h du matin et la nuit de bus n'a pas été de tout repos... Nous n'arrivons pas à savoir dans quelle gare nous sommes arrivés mais nous comprenons que nous sommes loin du centre et qu'il nous faut prendre un bus pour rejoindre la gare ferroviaire. Le bus en question nous dépose à deux pas de la gare, nous allons ensuite acheter nos billets pour le soir même en direction de Guilin et comme il n'y a que deux trains par jour il ne reste que des places en hard seat. On aime pas mais on a pas le choix. Nous prenons ensuite un petit déj' chez Dico's, un genre de KFC local. Un bon Zinger Tower à 8h du mat'... miam!

Nous n'avions pas prévu de nous arrêter à Kunming jusqu'à ce que l'on se voit confirmer le fait que nous ne pourrions obtenir les visas Vietnamiens au poste frontière. Kunming étant la capitale de la province du Yunnan, on y trouve donc de nombreuses administrations dont un Consulat Vietnamien. Nous arrivons à l'ouverture, remplissons les formulaires, déposons deux photos et nos passeports, payons 500 yuans chacun et devons revenir à 17h pour récupérer les visas.

Nous partons ensuite visiter la "ville du printemps éternel" qui nous offre aujourd'hui une belle journée... pluvieuse! Nous visitons le quartier nord en commençant par le temple de Yuantong qui jouit d'un cadre agréable autour d'un lac et au pied d'une colline. 




Sur les conseils du Routard et les retours positifs de Greg et Anaël nous faisons une halte déjeuner au French Café, au menu : croques monsieur, frites, salade, diabolo grenadine et tiramisu! Nous l'avons sûrement déjà dit mais c'est vraiment fou l'effet "rassurant" que peuvent provoquer certains plats... Comme nous n'avons pas très envie de marcher sous la pluie nous restons un petit moment au French Café avant d'aller faire un tour dans le quartier puis vient l'heure de récupérer nos visas. La journée est passée vite, nous sommes crevés et une nuit de train, assis, nous attend encore...

Le trajet de nuit en hard seat est sûrement celui qui nous a semblé le plus long et pas des plus agréables... Dans la soirée une vendeuse passera plusieurs fois faire diverses démos. Un coup pour vendre un cahier d'astuces pour le calcul mental, puis une serviette microfibre ultra absorbante, puis une brosse à dents... Vers minuit le "silence" s'installe (un silence tout relatif bien sûr) et les gens tentent de dormir. Certains y arrive mieux que d'autres. "Certains", comme la fille de l'autre côté de l'allée qui allonge ses jambes et gardent ses pieds au chaud dans le dos de Prisca. Et "d'autres", comme nous, qui arrivons à Guilin pas très frais et les fesses endolories par plus de 18h d'assise. Ouch! Ceci dit, n'avoir quasiment pas dormi nous a permis d'apprécier le lever du soleil laissant apparaître les premiers reliefs du paysage.



Il y a un monde fou dans la gare de Guilin mais nous devons acheter nos billets pour Nanning, dernier trajet avant la frontière vietnamienne. Nous poirotons 1h pour finalement obtenir nos billets de nuit... en hard seat. Encore. Pas d'autre choix, en plus nous partirons avec un jour d'avance puisque le train voulu était complet. Mais après tout cela nous ne sommes pas encore arrivés! Nous prenons maintenant un bus pour Yangshuo, à 1h30 de route, où nous passerons nos derniers jours en Chine.

Nous nous installons au Highpark Holiday Inn, en retrait de l'animation de West Street (une fourmilière), face à la rivière Li et où nous pouvons profiter de la vue depuis la terrasse.





On fait un petit tour dans la ville, on mange un claypot (plat cuisiné dans un pot en terre cuite) et on se jete sur le lit. Un lit, un vrai!

Le lendemain nous louons des vélos afin de visiter les villages alentours. Nous roulons en tout une trentaine de kilomètres et traversons des villages de campagne comme nous en attendions depuis notre arrivée en Chine. Le charme opère et nous apprécions chaque moment de la balade, au calme.



La colline de la lune




Le jour suivant nous nous dirigeons vers le Green Lotus Peak (sans nous perdre en plus) où depuis son sommet, la vue est, parait-il, exceptionnelle. Nous n'en saurons rien car étant donné la pluie matinale le chemin est fermé car glissant et donc dangereux. Nous nous contentons de la vue depuis le sommet du pic situé derrière le parc de la ville puis nous promenons le long de la rivière.

Vue sur Yangshuo et à droite le Green Lotus Peak


La rue principale de Yangshuo, West Street, une vraie fourmilière...


Pour notre dernier jour nous décidons d'effectuer une des nombreuses croisières proposées sur la rivière. Nous décidons de nous rendre en bus à Xingping, une ville voisine, pour effectuer la traversée entre Xingping et Yangdi, à priori le plus beau tronçon. A la descente du bus les rabatteuses nous tombent dessus. La plus coriace nous suit partout et nous attend même devant le bouiboui où nous dégustons une soupe de nouiles à 0,50 €. Puisque nous sommes venus faire la croisière nous finissons par négocier avec elle. Deal! 

Nous embarquons à 13h sur notre charmant bamboo boat en plastique à moteur et nous sommes rejoins par des dizaines d'autres bateaux, tous à moteur, on vous raconte pas le vacarme. Une demie-heure plus tard, les bateaux se sont dispersés et la rivière devient plus calme, nous pouvons apprécier pleinement les paysages.

Welcome on board!

Buffles au bord de la rivière




Après la balade nous reprenons le bus pour Yangshuo, un petit tour au McDo (bravo!), récupérons nos sacs et filons à Guilin en bus. Ces trois derniers jours à Yangshuo nous ont vraiment plu et nous ont laissé entrevoir les campagnes chinoises et leur calme, chose que nous n'espérions plus ici. 

INFOS PRATIQUES :

- bus couchettes Lijiang-Kunming n°1917 à 21h, 180 yuans, 9h de trajet
- coût du visa Vietnamien au consulat de Kunming : 500 yuans (58€) en "express" pour un retrait le jour même (venir tôt le matin)
- train Kunming-Guilin K394 à 19h20, 158 yuans en hard seat, environ 18h de trajet
- bus public Guilin-Yangshuo à prendre à la sortie de la gare ferroviaire à gauche du parking, 18 yuans, 1h30 de route, départs toutes les 5-10 minutes
- bus Yangshuo-Xingping à prendre à la gare routière (même endroit que là où le bus en provenance de Guilin vous a déposé), 7 yuans, 45 minutes
- croisière en bamboo boat Xingping-Yangdi aller/retour : 100 yuans par personne pour 3h 
- location de vélos partout en ville et presque dans tous les hotels : 10 yuans (1€) la journée.


Et toutes les photos...