mardi 30 août 2011

Java : de Jakarta au Kawa Ijen

A peine arrivés à l'aéroport de Jakarta la chaleur nous accable. Nous grignotons un morceau au CFC, le KFC local, (véridique) avant de prendre le bus public qui nous dépose à la gare de Gambir dans le centre ville. Nous nous mettons en quête d'un hotel dans le quartier "routard" de Jalan Jaksa, connu pour ses hotels à petits budgets. Nous nous installons au Kresna Hostel, à 90000 roupiah (environ 7,5€) on en a pour notre argent mais le gérant est très sympa et plein de bons conseils. Jakarta c'est surtout pour nous l'occasion de faire nos visas pour la Chine et aussi parce qu'on voulait voir de nos propres yeux à quoi ressemblait vraiment "la grosse durian" comme l'appellent les indonésiens, en comparaison au fruit asiatique à l'odeur forte et peu agréable.

Après une nuit des plus désagréables du voyage (chaleur et moustiques voraces) nous sortons à l'aube en direction de l'ambassade de Chine. Il est 8h30, l'air est encore frais mais à peine 1h après, la chaleur et la pollution le rende irrespirable. Nous trouvons tant bien que mal le bureau délivrant les visas (non pas dans l'ambassade même mais dans l'immeuble de la Bank of China) et apprenons que pour les français (ou toute autre nationalité autre qu'indonésienne si on a bien compris) il est impossible d'obtenir le visa en "express", soit le lendemain, nous devons donc attendre 6 jours compte tenu du week end et de la fête de l'indépendance qui a lieu dans quelques jours. Impossible. Puisque nous avons encore la possibilité de les faire à Tokyo nous décidons de reporter la paperasserie jusqu'au Japon et partons visiter la ville même si à priori elle n'offre pas grand chose à visiter. Nous prenons le Transjakarta pour nous rendre au nord de la ville, dans le quartier de Kota, ce moyen de transport est sûrement le meilleur car très bon marché et comme il utilise une voie de bus on est sûrs de pouvoir avancer, ce qui n'est pas le cas pour les bus et les taxis. Kota n'est pas très attrayant malgré ses quelques édifices à l'architecture d'influence hollandaise. Contrairement à Bali, sur Java les habitants sont majoritairement musulmans, on trouve de nombreuses mosquées, certaines sont colossales et magnifiques. Nous constatons malheureusement la pauvreté et la précarité qui peuvent régner dans certains coins de la ville (voire du pays). Jakarta n'est vraiment pas un ville touristique et l'immense fossé qui sépare les quartiers nord (populaires) des quartiers sud (affaires et expatriés) est désolant.

Le lendemain, samedi 13 août, nous faisons 9h de train en direction de Yogyakarta, au centre de l'île de Java. Yogyakarta c'est la capitale touristique et culturelle de Java, à proximité des plus importants temples de l'île et point de départ idéal vers le mont Bromo. Tout un programme donc, nous nous y installons pour 5 jours. 

Notre hotel est plus en retrait du quartier très touristique de Malioboro, nous nous y rendons à pieds en traversant des quartiers bien plus populaires que touristiques comme on aime. En arrivant aux abords de Malioboro c'est l'effervescence. La rue est bordée de stands en tous genres, de la nourriture à la chemise batik et les becak harcèlent les touristes de loin avec une certaine nonchalance. 



Musique de rue


Les deux jours suivants sont consacrés à la visite des temples de Prambanan (shivaiste) et Borobudur (bouddhiste), classés au patrimoine mondial de l'Unesco. Nous nous y rendons en bus public et malgré un manque de signalisation anglophone tout le monde t'aide et te dirige afin d'arriver à destination sans problème. Ces temples érigés au IXe siècle sont de véritables marques de l'histoire et de la prédominance bouddhiste de l'époque.

Prambanan











Borobudur








Yogyakarta c'est aussi LA ville du batik (technique d'impression sur tissu), on y trouve nombre de boutiques mais aussi quelques ateliers pour en savoir plus sur cette technique. Raksa se languissait de participer à un de ces ateliers, du coup nous nous séparons une matinée, Raksa en atelier batik et Prisca en cours de cuisine! 






Aujourd'hui 17 août c'est aussi la fête de l'indépendance en Indonésie, nous avions prévu de flâner dans la ville et participer aux festivités mais la fatigue l'emportera et c'est un peu honteux que nous ne ressortirons qu'en fin de journée pour manger!

Le lendemain c'est parti pour 3 jours d'excursion! Au programme le mont Bromo et le Kawa Ijen. Comme à Bali on dirait que Java est pris d'assaut par les français, nous nous retrouvons dans un groupe de 10 personnes : 2 polonais, 1 espagnole (mais presque française hein Anna?!) et 7 français! Le premier jour nous ne faisons que de la route, 11h à esquiver les scooters, les camions et autres obstacles, notre chauffeur est un peu flippant mais nous arrivons entiers dans un des villages proches du Bromo. La nuit est courte, réveil à 3h pour pouvoir admirer le lever du soleil depuis le point de vue de Pananjakan.




Nous nous rendons ensuite au pied du mont, au coeur d'un désert de sable et de cendre qui nous laisse sans voix. Nous nous sentons à nouveau tout petits face à la grandeur et la beauté du lieu.





Nous voilà repartis pour 5h de route vers le village de Sempol, le trajet n'est pas de tout repos, les routes sont plus que chaotiques et on est bien secoués. Amusant, mais on est tous contents d'arriver à l'hotel. Ce soir même programme, nuit courte et réveil à 3h30 pour gravir le Kawa Ijen aux heures les plus fraîches. A la différence du Bromo le Kawa Ijen est une souffrière et des porteurs de souffre y travaillent. 



Un travail physique dans des conditions dangeureuses, un salaire dérisoire (bien que supérieur à la moyenne indonésienne) et une espérance de vie ne dépassant pas les 40 ans... 

L'ascension nous prend environ 1h avant d'apercevoir le lac au coeur du cratère à travers la brume et les vapeurs de souffre. Nous croisons de nombreux porteurs de souffre qui portent parfois plus de 80 kg sur leurs épaules. A mesure que nous nous descendons vers le cratère la vue se dégage et l'odeur de souffre s'intensifie, nous ne pouvons qu'imaginer les dégâts causés par une inhalation quotidienne de cet air nocif.


Travailleurs au coeur de la souffrière



Le lieu est unique, mais malgré son apparence envoûtante un certain malaise nous envahit. Tous ces touristes (nous compris bien sûr) venus en prendre plein les yeux au milieu de ses hommes qui travaillent dans de telles conditions à de quoi déconcerter.

Notre séjour sur Java prend fin, nous prenons le ferry pour Bali avec Anna, Damien (ou Daniel en indonésien), Emilie et Jérôme, sans vraiment savoir où nous mènera la suite du séjour...



jeudi 25 août 2011

Retour en Australie et NZ... en vidéo!

Le best of vidéo de notre séjour en Australie et pour les retardataires (ou les non facebookers) la vidéo de notre randonnée au Tongariro Alpine Crossing!



mercredi 24 août 2011

Bali

Bali-bali,bali-ohoh-ohoh! Ou encore bali-balo. Et oui, au-delà des images paradisiaques que nous inspire l'île, de malins jeux de mots nos viennent à l'esprit. Bravo! Allez c'est fait!

Pour ce tour du monde, nos premiers pas en terre asiatique c'est à Bali que ça se passe! Nous arrivons le vendredi 5 août au soir avec, pour la première fois du voyage, ZERO PLAN si ce n'est la réservation d'une guesthouse, vu que nous arrivions vers 23h nous n'avions pas envie de faire la traditionnelle tournée des hôtels. C'est donc à la Dana Guesthouse que nous posons nos gros sacs (va falloir faire du tri là dedans!), Putu, le gérant, est venu nous chercher à l'aéroport. Nous apprécions énormément ce premier contact chaleureux, souriant et plein de simplicité. Ca commence très bien.

Le lendemain matin on nous remet les clés du scooter prêté gratuitement par la guesthouse pour la durée de notre séjour. La guesthouse est située à 5 km au nord de la plage de Legian dans le village de Kerobokan, nous avons fait le choix de ne pas nous installer dans les quartiers ultra touristiques de Bali (Kuta, Legian, etc.). Du coup le scooter gratos c'est plutôt pratique, cela nous permet de nous déplacer à volonté dans les environs et d'avoir une première impression plus authentique de l'île puisque le village compte peu de touristes.

Revenons à notre scooter! Ce n'est pas sans une certaine appréhension et de vieux souvenirs de chute que Raksa prend les rênes de notre bolide. C'est un peu crispés que nous découvrons des paysages fascinants. Des ruelles décorées aux rizières verdoyantes, nous nous dirigeons vers l'ouest où se trouve le temple Tanah Lot. A peine arrivés sur le parking nous voilà ramenés de force à notre statut de touristes car pour atteindre le temple il nous faut traverser un marché touristique, l'occasion d'acheter un paréo batik pour nous poser sur la plage dans les jours à venir. Le temple de Tanah Lot est situé sur un rocher et dans un cadre plutôt exceptionnel. Manque de chance il est fermé aujourd'hui, nous admirons la vue depuis la côte...








Ici aussi nous ne sommes plus les seuls touristes et nous aurons de nombreuses occasions de rencontrer des européens en vacances. Premières bouchées indonésiennes autour d'un nasi campur et d'un thé glacé au citron... Le thé glacé, le vrai, pas le Ice Tea ultra sucré, on est définitivement adeptes, surtout avec cette chaleur. Nous rentrons tranquillement vers la guesthouse en prenant le temps de nous perdre une bonne heure dans les rues du village (pas si petit finalement).

Le lendemain nous décidons d'aller trainer nos tongs du côté de Kuta. C'est toujours en scooter que l'on s'y rend, toujours le même trafic infernal avec pour seule règle respectée la priorité à droite, pour le reste c'est à celui qui passe le premier. Nous sommes tout de même moins crispés, nous commençons à prendre le rythme balinais. A mesure que nous approchons nous croisons de plus en plus de touristes, nous faisons un premier arrêt à Seminyak puis à Legian. Les rues sont bordées de boutiques en tout genre, du Billabong, du paréo, du bijoux fantaisie, de la carte postale, bref, l'indispensable pour le touriste à tout petit prix (ou presque). Et bien entendu du touriste en masse! Finalement nous décidons de nous poser sur la plage de Legian, déjà bien remplie. C'est la première fois du voyage que nous nous offrons une session plage où l'eau est chaude, le temps parfait et où nous avons nos maillots de bain! 




En fin de journée nous allons jusqu'à la plage d'Echo Beach, plus au nord et tout près de l'auberge. Une déception. La plage n'est pas spécialement jolie et l'on y trouve une immense terrasse de touristes endimanchés venus prendre l'apéro dans un décor de Saint-Trop' au milieu des rizières et des immeubles encore en construction.




Lundi 8 août nous arrivons à Ubud en début d'après-midi et faisons la connaissance de Patrick et sa famille en nous installant à la Praety Homestay. Nous sommes accueillis avec le thé pendant que Patrick effectuent les offrandes journalières. 






La religion occupe une place importante en Indonésie, à Bali la population est principalement hindouiste mais on y pratique aussi l'Islam, le christianisme et le bouddhisme. L'hindouisme balinais est un mélange de théologie indienne et de rituels nourris par des croyances indigènes. Devant l'entrée d'un commerce ou d'une maison on trouve toujours un petit panier, déposé quotidiennement, fait de feuilles de bananier et composé de riz, de feuilles de bétel, fleurs et d'un baton d'encens, ce qui crée une ambiance unique dans les rues. Après ce moment agréable et une séance de lessive à la main moins agréable, nous faisons un tour au marché et flânons dans les rues. Ubud est réputée pour son artisanat, on y trouve nombre de boutiques de vanneries, statues, etc. 





Salade de fruits et banana pancake
Rassasiés par un petit déjeuner plus que parfait nous entamons la journée par une visite du musée Puri Lukisan où nous apprécions pleinement la richesse et la précision de l'art balinais.

Nous continuons ensuite de marcher dans les environs d'Ubud puis nous nous frayons un chemin jusqu'à trouver des rizières en terrasse.






Pour notre dernier jour nous visitons un temple et la forêt aux singes, attraction touristique majeure, mais pas incontournable, de la région.








Après avoir tergiversé sur la suite du programme, Lombok, Gili, Komodo, c'est à Java que nous irons!

lundi 15 août 2011

Bilan Australie

Période du séjour : du 10 juillet au 5 août 2011 (27 jours)



Mitigé mention ++. Voilà comment on peut qualifier nos impressions après 4 semaines en Australie.

En arrivant à Melbourne nous avons eu une impression très positive, la ville nous a charmé et ce malgré un temps très pluvieux, nous y avons vraiment apprécié l'atmosphère et pour être honnêtes nous étions ravis de se retrouver dans une vraie Ville y compris foule, mode, multitude de restaurants, musées, etc. Puis notre séjour dans le centre rouge nous a tout simplement transporté, loin très loin. Nous avons passé 4 jours géniaux, les sites sont vraiment impressionnants et même si c'est la partie du séjour qui nous a coûté le plus cher on ne regrette pas d'y être aller, bien au contraire, pour nous c'était incontournable! Ensuite nous avons commencé notre roadtrip sur la côte est en partant de Brisbane avec un van Wicked Campers. La plus belle erreur de notre tour du monde à ce jour (avoir pensé à Wicked). Vu que nous avons réorganisé le séjour australien un peu au dernier moment nous avons réservé le van 4 jours avant de commencer le roadtrip et seul Wicked Campers avait encore des vans disponibles. Forcément il y avait anguille sous roche. Le van s'est avéré être un véritable fardeau que nous avons du nous trainé 9 jours avant de l'échanger, 8 pannes et quelques cris/insultes proférés à l'encontre de Wicked. Cette situation nous a pas mal grisé et a contribué à gâcher notre séjour sur la côte est... En clair nous avons passé une semaine de merde et nous sommes passés à côté de certaines choses surement intéressantes à cause de ces problèmes mécaniques. Finalement nous avons terminé le roadtrip plus sereinement après l'avoir changé. Nous avons fini notre séjour par Sydney et heureusement qu'une note positive est venue boucler ce trip. Nous avons passé 4 jours très agréables, sous le soleil, à jouer les trekeurs urbains comme on aime le faire tout en renouant avec quelques plaisirs gustatifs

Malgré la grosse tache noire au tableau (notre expérience avec Wicked Campers) et la traversée d'une partie de la côte est où nous nous sommes parfois ennuyé, pour le reste tout a été plutôt positif. Cependant, nous avons eu parfois le sentiment de ne plus être en tour du monde car nous sommes arrivés en période de vacances d'hiver pour les australiens et des vacances d'été pour les occidentaux, du coup, contrairement aux 4 mois précédents, nous n'avions plus le monde rien que pour nous. Dans un pays comme l'Australie, culturellement très proche de l'Europe, mais si loin de chez nous, quand le moral était en baisse tout nous manquait deux fois plus alors que nous aurions pu nous y sentir plus... à la maison. Le contact avec les australiens n'est pas si "facile" que sa réputation le dit. Nous en avons rencontré de très sympas et avenants et d'autres tout aussi froids et distants que chez nous. Une chose qui nous a marqué sur le côte est, pas mal de gens (plutôt jeunes) marchent pieds nus en pleine rue. Effet de mode ou véritable culture? Nous n'aurons pas eu la réponse... 


Nous tenons quand même à préciser que tout ceci n'engage que nous et notre expérience, nous pensons qu'en ayant fait de meilleurs choix nous aurions pu apprécier davantage, tout ça est une histoire de goût mais que cela ne vous empêche pas de visiter le pays si vous en avez envie car vu l'immensité du territoire et la diversité que l'Australie propose chacun peut y trouver son compte, nous n'avons pas de doute là-dessus! (petit rattrapage histoire de pas de pas se faire lyncher par les fans du pays)

Sinon en chiffres l'Australie ça donne ça :
- $4910,70 (environ 3600€) un sacré trou dans notre budget même si on ne l'a pas dépassé
- environ 2500 km parcourus
- 9 pannes de van et presque autant de crise de nerfs
- 2 vols intérieurs et 3 contrôles anti-explosifs


Ce qu'on a le plus aimé :
- Melbourne et sa richesse culturelle
- voir Harry Potter en 3D
- la Great Ocean Road
- les paysages incroyables du centre rouge
- les couchers de soleil sur l'Opéra et Harbour Bridge à Sydney

Ce qu'on a moins aimé :
- on a détesté avoir choisi Wicked Campers pour louer notre van, perdre des heures sur la route et au téléphone avec eux
- le coût de la vie
- s'ennuyer sur la côte est... erreur de choix, nous aurions du opter pour la côte ouest ou même le nord!

vendredi 12 août 2011

Sydney

Banh lot!
Nous arrivons à Sydney le 1er août, nous rendons le van et prenons un taxi pour nous rendre jusqu'à l'auberge. Nous avons choisi de nous poser au Jackaroo Hostel, plutôt central et pas trop cher (enfin pour l'Australie hein, $28 par personne) avec en prime petit déj' et wifi gratuit, yiaah! Par contre pour ce prix là notre dortoir de 4 lits ressemble à un placard (pas de fenêtre) et la cuisine commune est mal équipée et trop petite. Nous partons aussitôt visiter la ville et choisissons de commencer par chinatown, une petite envie de retour aux sources. Nous finissons dans un resto vietnamien "Gia Hoî" (sur George Street à l'opposé de l'hostel Wake Up!) semblable aux cantines du 13e avec une déco plus... Sydneysider! Au menu un pho pour Raksa, un boeuf loc lac pour Prisca et un banh lot en dessert. C'est fou comme la nourriture peut parfois nous réconforter lorsqu'on a le mal du pays et le manque de la famille/amis.






Nous traversons ensuite le centre en passant par Darling Harbour en direction de l'inévitable et impressionnant Opéra. 

Au dessus de nous un groupe escalade le pont...


Nous restons un moment à admirer le monument ainsi que le Harbour Bridge, autre emblème de la ville. 



En fin d'après-midi nous reprenons le chemin de Kings Cross, où se situe notre auberge, en traversant le quartier de The Rocks, le plus ancien quartier de la ville, des bâtiments en brique rouge, un côté très ancien et industriel, un coup de coeur. 



Puis quelques rues commerçantes du côté de Martin Street où l'on retrouve la même effervescence que sur le boulevard Haussmann.



En rentrant à l'auberge nous sommes exténués mais tellement contents d'avoir internet et l'électricité que nous passons un moment connectés entre la mise à jour du blog et le checkage de mails etc.

Pour notre 2e jour nous traversons Harbour Bridge et nous offrons un pique-nique sur la rive nord, toujours avec vue sur l'Opéra et Harbour Bridge, on ne s'en lasse pas. Puis nous finissons l'après-midi au Royal Botanic Gardens en admirant le coucher de soleil.



Finalement Sydney nous parait moins grand que ce qu'on imaginait, du coup les deux derniers jours nous optons pour une visite des quartiers plus résidentiels, moins touristiques comme Paddington, Potts Point et Surry Hills, et une visite du Centre de Photographie. Des visites aussi agréables que surprenantes, surtout Paddington, qui malgré ses apparences très chic nous a charmé par son côté très branché mais calme.

Paddington


Enfin pour ne pas changer nous finissons nos journées au jardin botanique (on adooooore!), toujours à admirer le coucher du soleil. Des allures de cartes postales, non?!




Pour notre dernière soirée australienne nous nous offrons des sushis! Quite à avoir explosé le budget autant qu'on ai l'impression de s'être fait plaisir!


Retrouvez les derniers albums en cliquant ICI!